Chez la belle Alcmène ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chez la belle Alcmène ...

Message par Valérien Gatline le Ven 21 Avr 2017 - 13:15

De l'avis générale, la belle Alcmène (ainsi la nommer t-on) est l'une des courtisanes les plus convoités de tout Castillon-Villeroy. Peut-être même de tout Avaricum. D'origine modeste, elle avait fait ses armes dans le métier avec une certaine pugnacité, jouant avec ses atouts naturels que le bon dieu lui avait octroyé, tout autant qu'avec une langue particulièrement aiguisé. De ses débuts de pierreuse, elle était passé par toutes les situations possibles. D'un maquereau à une maquerelle et inversement. Devant satisfaire les clients (et plus rarement les clientes), tantôt aux gouts simples, tantôt aux gouts ... qu'il ne serait pas raisonnable de décrire. Lorsqu'elle comprit qu'elle ne réussirait pas sa carrière sous le joug de quelques protecteurs, elle n'hésita pas à jouer du couteau et du banditisme, histoire de s'assurer qu'on ne fasse pas le lien entre elle et le meurtre étrange de certains proxénètes. Elle finit à la capitale, avec pécule satisfaisant pour commencer sa carrière d'hétaïre.

Elle comptait parmis ses clients de nombreux princes, nobles, membres du clergé et d'artistes en vogues à la cour de l'Empereur, ainsi qu'un jeune noble étranger, fils d'exilé zollernois ... Valérien Gatline avait commencé à fréquenter la jeune femme depuis quelques mois, histoire de "décompresser" comme on dit ailleurs après une journée harassante. D'abord c'était machinale pour la belle Alcmène, puis petit à petit la relation strictement professionnel s'est mué en relation amical, sans aller jusqu'à une certaine extrémité, tant préjudiciable pour une courtisane que pour un homme haut-placé. Juste que Valérien appréciait sa compagnie, au delà du service basique qu'offrait sa compagne d'une nuit.

Ce jour-là le lieutenant-générale après leur office lui avait narrer ses exploits récents aux cotés de son père en Argentorate. Non sans réarranger le récit à sa manière, plus spectaculaire que la vérité. Habituellement, il est de tradition de versifier ce genre de récit, mais Valérien était bien meilleur à la prose...


« C'est donc ainsi ma chère que renforcé par ce prompt renfort, nous fîmes vne sortie, sabre au clair. Je chargeai en tête, devançant la trovpe et me jeter dans la mêlée avec la fvrevr du lion. Vovs avriez vue celà ma chère, les monstres crovlaient sous ma lame, je les tranchaient, couper et estoqver dedans comme s'il ne s'agissait qve de bevrre. Mais comme j'allais par le nombre me faire svbmerger, je dvs ma svrvie au covrage dv navarque yssois qvi, se jetant à mon secovrs offrit son bras et m'assista dvrant mon labevr !

Alcème l'écoutait allongé sur son lit à demi-nue, nullement impressionné par les talents d'affabulateur de Valérien, mais elle fit comme si de rien n'était.

Dis moi, ce Norrys, comment est-il ? Demanda t-elle candidement.

-Ah ça ! Fort et costavd comme un bœvf, presque avtant que moi, c'est dire si novs faisions la pair face à l'ennemie. »

Il allait reprendre son récit quand il fut interrompu par un bruit provenant d'une fenêtre. Quelqu'un avait toqué. Intrigué, Valérien se rhabilla un peu plus proprement et alla voir de quoi il retournait. Ouvrant la fenêtre et baissant les yeux, il tomba nez à nez avec l'un de ses lieutenant de la Maréchaussé sur une échelle posé devant la fenêtre.

« Mais qu'est-ce que vovs fichez ici enfin ?!

-Pardon de vous déranger mon général. Il salua son supérieur. Ce pli est arrivé dans la jovrnée. Il tendit la missive. Le cachet me semble être celvi de votre père.

-Oh ? Eh bien … Merci, vovs pouvez disposer.

-De rien mon général. Bonne jovrnée mon général.

-C'est ça c'est ça. »

Et le soldat après avoir donné le pli redescendit l'échelle l'air de rien.

« Qv'est-ce ? Demanda Alcmène ?

-Qvelqve chose me dit que nous allons le savoir. 

Valérien ouvrit le pli et lut la lettre.

-Nom de diev Alcmène. Elle se signa en entendant le blasphème. Me voilà citoyen yssois maintenant.

-Ah ? J'avrais tant voulv voir Venys. On dit que c'est magnifique en cette saison.

-La concvrrence y serait rvde pour toi. Et ... Encore une lettre. Valérien la regarda attentivement. Non mais c'est pas vrai !

-Qvoi encore ?

-Et voilà que je svis bombardé diplomate ! Père veut que je négocie avec le gouvernement pour un traité entre Ys et Avaricum !

Valérien fulminait, voilà qu'il devenait un garçon de course. Au contraire de la belle qui était un modèle de sérénité.

-Mon bon ami, voilà que vous vous empovrprez pour un petit rien povrtant bien gratifiant à mes yeux.

-Vous trouvez ?

-Réfléchissez, votre paternel compte sur vous povr ces choses là, si cela n'était pas le cas, on avrait sans doute entendv parler d'un ambassadevr yssois introdvit à la covr de l'Emperevr. Et vous avriez été déçv de ce manque de considération.

-Allons bon, voilà que les filles de joie font avssi conseillère politique ?

-Je n'ai même pas besoin de répondre à cette qvestion. Minauda t-elle. Elle n'avait pas complètement tort sur ce point. Valérien la regarda les yeux dans les yeux. C'est qu'elle ne plaisantait pas à ce sujet. Combien de décisions politiques avaient été prises dans son lit …

-Soit, dés demain je prendrai rendez-vous le Chancelier de Villestreux. Il sera certainement intéressée par cette idée. »
avatar
Valérien Gatline

Posts : 15
Join date : 09/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum