Sacre d’Édouard VII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sacre d’Édouard VII

Message par Édouard VII le Dim 13 Mar 2016 - 20:00

L’ennemi ayant été entièrement bouté hors de la métropole, et le Dauphin faisant l’unanimité parmi les Grands de l’Empire, la cérémonie du sacre – d’une importance symbolique capitale – fut convenue pour les semaines à venir. Dans les faits, Edouard VII était déjà souverain d’Avaricum, car le trépas de son géniteur assurait automatiquement la transmission du pouvoir impérial. Le sacre restait toutefois le commencement du règne aux yeux du petit peuple, lequel, très pieux, comprenait que l’onction du monarque lui attribuait une dimension sacrée par volonté divine ; quelque chose s’approchant d’un sacrement syiste.

Comme l’exigeait la coutume, l’instant fatidique se déroulerait au cœur de la Basilique Saint-Landry en compagnie d’une multitude d’ecclésiastiques, de nobles influents, et d’officiers de la couronne. Cette fois-ci, néanmoins, l’Archiexarque de Guysenval était indisponible. Le Grand Pontife en personne, nouvellement élu, fut donc sollicité pour incarner cette lourde responsabilité. Son départ de la Gallice était un fait d’une grande rareté dans l’histoire de l’Église, et pour la première fois le dirigeant du Saint-Siège allait en sa qualité couronner la tête d'un souverain avarois.

Pour l’heure, l'on débuta les préparatifs. Plusieurs manufactures reçurent des commandes d’orfèvrerie, de draperie, de menuiserie en provenance du Palais Aragon. Des ouvriers commencèrent à installer des échafaudages autour de la Basilique et l’on somma les intendants de rassembler des victuailles pour les fêtes.

_________________
Sa Majesté Impériale Édouard VII de Valois,
Empereur d'Avaricum,
Prince-Exarque de Castillon,
Défenseur de la Foi,
Chef Souverain de l'Ordre de l'Annonciation,
Commandeur Suprême de l'Ordre Princier des Suppliciés de la Concorde.
avatar
Édouard VII

Posts : 52
Join date : 25/12/2014
Location : Castillon-Villeroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sacre d’Édouard VII

Message par Édouard VII le Dim 24 Juil 2016 - 7:07

En ce petit matin au Palais Aragon, l’un des Premiers Valets de Chambre se pencha vers le baldaquin fermé pour réveiller le jeune monarque.

- " Sire, voilà l’hevre. "

La formule traditionnelle ne sembla curieusement pas faire d’effet. Habituellement, l’on entendait le remuement des draps signifiant que le souverain se levait. Le domestique se répéta alors deux fois, sans succès là-aussi. Il incomba par conséquent à l’un des Premiers Gentilshommes de la Chambre d’entrouvrir le rideau et vérifier l’état de l’empereur. Un sommeil lourd ou, pire, un problème de santé étaient peut-être responsables du silence impérial, même si cette dernière éventualité restait inconcevable pour les individus présents tant l’état de leur maître s’était renforcé depuis son retour des geôles ennemies.

Le serviteur réprima une exclamation de stupeur en constatant que le lit était vide ! Pourtant, tous furent formels : l’empereur s’était couché la veille vers 23 heures. Ils cherchèrent sous le lit, dans les armoires, et le reste des appartements mais revinrent bredouilles. L’alerté allait être sur le point d’être donnée et le Grand Prévôt d'Empire appelé quand le personnel apprit qu’Edouard venait d’être trouvé assoupi dans la paille de l’une des écuries du palais, encore vêtu en cavalier. Ce n’était décidemment pas la première fois que le côté aventurier du monarque se manifestait de la sorte. L’on apprit qu’il avait échappé aux valets durant la nuit pour assister à la pluie d’étoiles filantes prédite par les savants de la Cour, un signe de bon augure avant le sacre du jeune homme.

Car oui, la cérémonie solennelle devait se dérouler très prochainement ! Comprenant la délicatesse de la situation, Edouard retourna jusqu’à sa chambre en reprenant les portes secrètes installées par son défunt père et se présenta pour la toilette et l’habillement. Après un bain chaud durant lequel il petit déjeuna, le souverain enfila les vêtements prévus pour son trajet en carrosse dont un justaucorps superbement brodé et plusieurs rubans de blanc pur. Les longues heures qui allaient suivre devaient être parmi les plus importantes de son nouveau règne.


Dernière édition par Édouard VII le Lun 29 Aoû 2016 - 23:01, édité 1 fois

_________________
Sa Majesté Impériale Édouard VII de Valois,
Empereur d'Avaricum,
Prince-Exarque de Castillon,
Défenseur de la Foi,
Chef Souverain de l'Ordre de l'Annonciation,
Commandeur Suprême de l'Ordre Princier des Suppliciés de la Concorde.
avatar
Édouard VII

Posts : 52
Join date : 25/12/2014
Location : Castillon-Villeroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sacre d’Édouard VII

Message par Édouard VII le Lun 29 Aoû 2016 - 22:59


Après avoir quitté l’enceinte de sa résidence officielle et traversé une partie de la capitale, le monarque accomplit ce qui était appelé la Grande Entrée, autrement dit l’arrivée de sa cohorte dans les plus vieux quartiers, au cœur de Castillon-Villeroy. Le parcours fut rempli de plusieurs arcs de triomphes éphémères aux couleurs des Valois et de l’Empire où des représentants de puissantes corporations venaient rencontrer le souverain pour lui présenter leurs respects. Lorsque le cortège arriva enfin sous la silhouette imposante de la Basilique, non loin de la confluence des fleuves Hytre et Spanzo, les autorités de la ville se présentèrent sous le dernier monument à arcades du trajet, plus élancé et magnifique que tous les autres. Le bourgmestre et les échevins, vêtus de manière officielle, offrirent à leur seigneur les lourdes clefs en or de la ville sur un coussin cousu de velours.

L’arrivée traditionnelle se conclut lorsque la voiture d’Édouard VII le déposa pour le restant de la journée dans la cours du Palais Exarqual flanquant l’édifice religieux. Là, il se confessa à la tombée de la nuit dans la chapelle privée et veilla en prière très tardivement. Le lendemain matin, des ecclésiastiques mandatés par le Grand-Pontife se présentèrent à la porte de sa chambre en ce qui constitua le commencement effectif de la cérémonie.


- " L’emperevr. " demanda un clerc.

- " L’emperevr dort. " répondit derrière la cloison un chambellan du monarque.

-" Novs demandons Edovard, qve Diev novs a donné povr emperevr. " insista la délégation.

La porte s’ouvrit et apparut le jeune homme vêtu de bottines à éperons et d’une magnifique chemise rouge coupée aux endroits du corps où l’officiant devait appliquer les onctions sacrées, laquelle fut pour le moment recouverte d’une robe aux teintes d’argent. Son escorte, composée d’officiers de sa maison et de représentants de grandes familles aristocrates, le suivit au pas en franchissant la salle principale du Palais Exarqual agrémentée des portraits de tous ses illustres prédécesseurs. Le cortège traversa alors en musique le Chemin de l’Empereur, une sorte de voie couverte reliant l’édifice à la cathédrale bâtie exclusivement lors des sacres et décorée de superbes tapisseries et pièces de collection.

Une fois à l’intérieur de la basilique, l’Empereur s’installa en face du maître-autel, sur l’antique trône d’Alcibiade, fondateur légendaire de sa dynastie. Son flegme sublime laissait deviner que celui qui se faisait encore appeler Léto-Victorien il y a moins d’un an avait déjà entièrement saisi le sens et l’ampleur de ses nouvelles responsabilités. Les ennemis absous de la régence se tenaient aux côtés de leurs rivaux d’hier, même le Duc de Barotant était finalement venu malgré son exile et la maladie. L’on nota par ailleurs des étrangers de fort belle race, comme Hadrien de Bordebon, héritier de la redoutée maison royale de Belondor. Nul doute qu’ils ne perdront guère de temps à rechercher les faveurs du suzerain avarois.


Dernière édition par Édouard VII le Sam 17 Sep 2016 - 2:09, édité 1 fois

_________________
Sa Majesté Impériale Édouard VII de Valois,
Empereur d'Avaricum,
Prince-Exarque de Castillon,
Défenseur de la Foi,
Chef Souverain de l'Ordre de l'Annonciation,
Commandeur Suprême de l'Ordre Princier des Suppliciés de la Concorde.
avatar
Édouard VII

Posts : 52
Join date : 25/12/2014
Location : Castillon-Villeroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sacre d’Édouard VII

Message par Julius Muller le Jeu 1 Sep 2016 - 19:51

Le Secrétaire Général de l'ONA avait fait spécialement le voyage pour assister au sacre du nouveau souverain avarois. En général, il était assez peu courant que le Secrétaire Général soit invité aux évènements nationaux, toutefois, l'été étant particulièrement calme au niveau de l'actualité internationale, il avait fait la route pour voir le cérémonial avarois et profiter de l'occasion pour passer un moment avec le fils Gatline qu'il avait appris a connaitre lors de l'exode des deux familles du Zollernberg, quelques mois plus tôt.

Après avoir été une véritable énigme pour le protocole avarois : Vicomte zollernois mais aussi cadet d'une famille princière maurésienne en ayant également une fonction internationale de premier ordre qui échappait d'ailleurs à la hiérarchie diplomatique classique, les services de la Cour impériale se résolurent à le placer en bonne place sans être trop proche du nouveau souverain et des princes avarois. Accompagné de son directeur de cabinet, le général Kageneck, les deux hommes suivaient silencieusement la cérémonie du sacre. Pour l'occasion, Julius portait une tenue bourgeoise avec pour seules décorations son étoile de l'Ordre de la Zainte-Trinité et un ruban bleu-ciel à la boutonnière signalant son rang à l'ONA, Kageneck portait un uniforme de général zollernois sur lesquels on avait retiré les parements habituels puisqu'il n'était nominalement plus général depuis qu'il eut quitté le pays dans le tumulte du coup d'Etat conservateur, il portait donc une vareuse d'apparat et ses quelques décorations ainsi que les insignes de grade, sa casquette sur les genoux.

Ils avaient signalé au Chambellan de la Cour qu'ils sollicitaient une audience auprès de Sa Majesté après le sacre si les circonstances le permettaient avant que les deux hommes ne soient obligés de reprendre la mer en direction de Kaora puis enfin de Talamanca.

Julius Muller

Posts : 4
Join date : 15/06/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sacre d’Édouard VII

Message par Grand-Pontife Turmwächter le Sam 3 Sep 2016 - 22:03


Vêtu de sa chasuble écarlate, le Grand-Pontife présida l’ensemble du sacre avec une vigueur que l’on ne soupçonnait pas de la part d’un homme déjà prédicateur avant même la naissance de la plupart des invités présents. Sa constitution et son esprit encore vifs balayèrent toute question portant sur son âge que les membres du dernier synode syiste auraient pu exprimer, assurant son élection à l’unanimité. Aujourd’hui, le successeur de Sevan accomplissait l’un des actes les plus importants après son départ de Belondor.

Lorsque le monarque s’assit, des mandrites en provenance de la Cité Caristie, siège de la primature avaroise à Saint-Nicolas-de-Guysenval, arrivèrent en portant la relique de la Sainte Arène, un sable mêlé de sang que Sevan créa en annonçant le souverain syiste originel, Cheldres II, lointain ancêtre d’Alcibiade selon les historiens impériaux. Édouard prêta alors un premier serment, celui de préserver l’Église avaroise dans ses droits et prérogatives, ainsi que de protéger et étendre la foi syiste à travers l’univers. Puis il se leva pour affirmer un second serment, cette fois portant sur l’empire, par lequel il s’engagea à être un souverain miséricordieux et juste, cherchant par toutes ses actions à maintenir la paix dans le pays. Aussitôt, les deux emblèmes de chevalerie du suzerain, son épée et ses éperons, furent présentés à Hans Turmwächter, qui les bénit.

Édouard s’allongea ensuite à plat ventre devant le maître-autel, reproduisant les fameux prosternements de Sevan face aux apparitions de Dieu, geste que les ecclésiastiques syistes devaient également accomplir durant leurs sacrements de l’ordre. A bien des égards, le sacre ressemblait en effet par moment à l’ordination sacerdotale d’un exarque, fonction qu’assumait de jure le prince de Castillon, donc l’empereur. Toutefois, il soulignait d’abord le caractère sacré de la personne du monarque qui, ainsi institué, s’approchait plus que nul autre individu, à l’exception du Grand-Pontife, de la Concorde Syiste, c’est-à-dire de la fusion finale de l’homme avec le divin.

Cette qualité particulière, mêlant le temporel et le spirituel bien davantage que chez les autres monarchies de l’Archipel, était actée lors de l’application de la Sainte Arène sur la chair du souverain. Après que ce dernier se fusse relevé, Hans Turmwächter entama les onctions sur les parties du corps visibles à travers la chemise plusieurs fois fendue que portait le jeune homme. Le mélange légèrement huileux recelait un rouge encore vif malgré les siècles passés, comme-ci le sang venait à l’instant d’être récolté. Le front et les mains furent oints en dernier avant que l’on ne complète enfin l’habillement de sacre de l’empereur, à savoir les gants, la dalmatique, le grand manteau à fermail, les attributs bénis de chevalier, et le sceptre. C’est alors qu’une première tiare, celle de Castillon, fut brièvement posée sur la tête du monarque, puis enfin la couronne d’Avaricum qu’il conserverait quant à elle jusqu’aux derniers chants de la cérémonie.

En plaçant le couvre-chef d’or et de pierres précieuses, le Grand-Pontife réitéra les fameuses paroles de Sevan à Cheldres II alors encore enfant rappelant que son réel pouvoir était contenu dans sa lame.


- " L’eſpée te lie à la terre, Comme ta volonté est liée av pevple, Aie povr lvi l’amovr d’vn peire, Car sans cela tv seras tyran. Le Sang te lie à la terre, Comme levr salvt est lié av tien, Veille tovjovrs en âme-freire, Car sans evx tv ne serais rien.

La dovlevr qve tv reſſens n’est rien. Vois comme il est neſceſſaire d’allier sang & acier, Povr atteindre la dovcevr d’vn avenir tant deſsiré, Apprends que povr poſſeſder tant & tant de biens, Il a fallv, il favt & il favdra cavser dv chagrin, Comprends qve rien n’exiſte sans gverre, Il en favdra heſlas povr deſfendre ta terre.

Si tv dois combattre, tv combattras, Si tv dois peſrir, tv peſriras, Afin qv’à jamais s’ouvre le renouveav, Et qve tv revives, Majeſté, à nouveav. "

Il compléta le passage des Saintes Notes en chœur avec toutes les voix syistes présentes.

" Av nom de l’Eſpée, dv Sang & de la Terre, ainſi soit-il. "

Avant de regagner sa cathèdre, Hans Turmwächter embrassa le monarque et clama par trois fois avec les grands seigneurs avarois la formule de circonstance.

" Domine, salvum fac imperatorem. "

Édouard VII - ses obligations principales étant achevées - fut accompagné au sommet d’une sorte de jubé au centre de la basilique d’où il assista à la messe proprement dite. Cette dernière annonçait la dernière phase du sacre. De son côté, le Chancelier placé parmi les autres membres de la cour semblait déjà réfléchir à la planification des demandes de rencontre avec le suzerain fraichement couronné. Il parviendrait sans difficulté à trouver quelques heures libérées durant le banquet nocturne.

_________________
Sa Sainteté Hans Turmwächter,
Grand-Pontife de la Très Sainte Église Syiste, Eudémoniste, Philosophique et Gallicienne,
Exarque de l'Archibasilique de Saint-Aimé-Le-Sauveur,
Docteur utriusque iuris de l'Académie d'Alsterdyon (Belondor),
Vingt-septième chef souverain et grand maître de l'Ordre de la Révélation.
avatar
Grand-Pontife Turmwächter

Posts : 23
Join date : 11/07/2015
Location : États Pontificaux de Gallice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sacre d’Édouard VII

Message par Exarque de Villestreux le Ven 16 Sep 2016 - 17:37


La messe achevée, la conclusion du sacre s’apparenta à une véritable apothéose. Les portes de Saint-Landry s’ouvrirent et une multitude d’avarois de toute condition entrèrent dans la première moitié de la nef sous le son des cloches de l’édifice bientôt suivi de salves de canon tirées à proximité. Des hérauts lâchèrent dans un premier temps une multitude de colombes qui tournoyèrent dans le chœur de la basilique avant de s’envoler tel un grand voile de plumes blanches vers les cieux de la capitale, puis ils se mirent à jeter en direction du peuple des médailles dont les gravures immortalisaient le moment.

Sa Majesté Très Fidèle redescendit alors vers le maître-autel et présenta une série d’offrandes dont une grosse coupe en métal précieux et des pièces d’or. Il embrassa le recueil des Saintes-Notes et s’inclina une dernière fois pour se joindre à la procession quittant la basilique par le Chemin de l’Empereur. Le souverain et ses suivants retournèrent au Palais Exarqual où se tint le soir même dans la vaste salle principale un festin béni par le Grand-Pontife et réglé par une étiquette rigoureuse. Le repas se conclut lorsque le monarque prit congé des invités et se retira dans ses appartements pour la nuit. Le lendemain, dès potron-minet, il rejoindrait sa résidence officielle et reprendrait en main les affaires du Saint-Empire.

_________________
Son Éminence Révérendissime Monseigneur Louis-Alphonse de Bellièvre-Épinac,
Chancelier d'Avaricum,
Exarque de Villestreux,
Duc d'Épinac,
Grand d'Avaricum,
Heptadécaième Académicien,
Chevalier de l’Ordre de l’Annonciation.
avatar
Exarque de Villestreux

Posts : 39
Join date : 24/07/2016
Location : Castillon-Villeroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sacre d’Édouard VII

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum